Les clefs du Royaume Eternel: La tradition retrouvée du disciple aimé par Régis Moreau

Les clefs du Royaume Eternel: La tradition retrouvée du disciple aimé

Titre de livre: Les clefs du Royaume Eternel: La tradition retrouvée du disciple aimé

Auteur: Régis Moreau


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Régis Moreau avec Les clefs du Royaume Eternel: La tradition retrouvée du disciple aimé

Livres connexes

« Les clefs du Royaume Éternel » est une invitation à percer un mystère séculaire, à retrouver une tradition oubliée et condamnée à la clandestinité. Cette dernière est celle d'un disciple, présenté dans l'évangile selon Jean, comme le disciple que Jésus aimait.
Qui est ce mystérieux disciple ? Pourquoi son identité est-elle cachée ? Qu'est-il devenu après la disparition de Jésus ? Quel est son message ?

« Les clefs du Royaume Éternel » s'adresse aux chercheurs engagés dans une étude objective de l'histoire du christianisme primitif. Il est question des années qui suivent la disparition de Jésus et des bouleversements au sein de la communauté qui lui survit.

Extrait :

"Contrairement à une idée encore entretenue et répandue, le christianisme originel est pluriel : « Il est largement admis maintenant que jusqu'à la fin du IIème siècle, voire après, il est impossible de parler d'un christianisme uniforme ou univoque, mais plutôt d'un christianisme multiforme ou plurivoque (...) » .
Après la mort de Jésus, il n'y a jamais eu d'unité chrétienne ! L'image d'une seule et grande Église qui surgit naturellement, dès la disparition de Jésus, est totalement erronée.
On sait, de façon certaine, qu'il a existé tout au long des premiers siècles des groupes multiples et divers de chrétiens, plus ou moins éloignés entre eux quant à l'enseignement qu'ils prônaient. C'est donc que les paroles du maître ont été reçues et appréciées différemment, engendrant ainsi une constellation de pratiques et de croyances (...)
Dès la Pâque, une première rupture importante se produit avec l'éviction de l'héritier désigné."